Marlon Brando devrait avoir : 93 ans

Né le 03 avril 1924 à Omaha, dans le Nebraska. Marlon Brando Jr est le fils de l'actrice Dorothy Pannebaker. Marlon est issu d'une famille typiquement américaine ayant des ascendances hollandaises, allemandes, irlandaises et... françaises (le nom s'écrivait à l'origine Brandeau. Un garçon (Marlon) et deux filles (Jocelyn et Frances) naissent d'un père représentant en produits chimiques et d'une mère passionnée par les arts.

Dorothy est une jolie femme aux idées libérales qui peint, sculpte et surtout fait partie de la troupe de théâtre municipale. Incontestablement, elle aura une grande influence sur ce fils dont les dons et la nature complexe se      manifestenttrès tôt. Inscrit à l'académie militaire de Faribault dans le Minnesota, il est viré après quelques mois et revient chez lui en annonçant qu'il va entrer dans les ordres !

 

Il ne lui faudra que quelques mois pour obtenir de ses parents, qui avaient refusés auparavant, l'autorisation de rejoindre ses sœurs à New York. Marlon, Jocelyn et Frances y vivent gaiement en compagnie d'amis bohèmes. En cet été 1943, celui qui n'a jamais mené à son terme le moindre apprentissage, rencontre le théâtre. Et il va s'y vouer avec passion.

Deux personnages exerceront sur lui une influence déterminante : Stanislavski, considéré comme le père de l'acteur moderne et Stella Adler, qu'il rencontre dans un atelier d'art dramatique dans lequel elle enseigne. Avec cette dernière, c'est le coup de foudre réciproque, aussi profond que platonique : elle devine les extraordinaires potentialités de ce névrotique beau comme un dieu.

Marlon est fasciné par un processus créateur qui l'amène à travailler par introspection pour faire jaillir une émotion d'autant plus vraie qu'elle est issue de la mémoire la plus enfouie, des souvenirs les plus douloureux. Brando n'oubliera jamais une discipline qui harmonise sa sensibilité à son masochisme naturel. Durant cette période, Marlon travaille avec passion, mieux : avec persévérance. Il apprend, par l'observation attentive, par la concentration poussée jusqu'à l'obsession, à rejeter les effets gratuits, les gestes inutiles, à être totalement habité par son personnage. Son instinct naturel est tel qu'il parvient en quelques semaines à maîtriser sa technique. Un homme, alors, entre dans sa vie, qui va faire exploser ses dons prodigieux. "Articule, Marlon ! crie le metteur en scène du fond de la salle. Si cette chose perd de l'argent, je veux au moins entendre pourquoi !"

Ainsi débutent, en 1946, lors des répétitions de Truckline Café, les relations du jeune comédien avec celui qui mène de front une carrière d'acteur et de metteur en scène, au théâtre comme au cinéma : Elia Kasan. Aussitôt après ce film, il enchaîne plusieurs petits rôles dans "Candida", "Angigone" et "Flag is Born". Il devient alors une valeur sûre du cinéma. On lui propose d'interpréter la pièce de Jean Cocteau, "L'Aigle à deux têtes", avec Tallulah Bankhead. La première répétition fut un désastre : selon certains, Brando y multiplia les pitreries pendant les monologues de sa partenaire, et surtout transforma sa mort en une interminable agonie qui fit pleurer de rire les spectateurs. Légende ou réalité ? Mais la conclusion ne se fit pas attendre : l'acteur fut remplacé dès le lendemain. Il ne le regretta pas. "L'Aigle à deux têtes" fut un four.

En 1950, il tourne sous la direction d'Elia Kazan, la version cinéma de "Un tramway nommé désir". Marquant une nette rupture avec la tradition anglo-saxonne, ce film est un brasier malséant qui mélange, dans un contexte social hyperréaliste, les névroses et les pulsions sexuelles. Le choix de Brando pour ce rôle est un véritable trait de génie : il devient une star.

Comme l'écrit Truman Capote, il est alors "l'image idéale de la jeunesse américaine - cheveux blond foncé, yeux gris-bleu, teint basané, démarche athlétique : la carte des Etats-Unis est gravée sur son visage". Après la pièce "Hamlet" de Tennessee Williams, il enchaîne avec un film qui rendra indémodables jeans et blousons de cuir : "L'Equipée sauvage". Dans ce film, il exprime toute la révolte d'une génération en devenant Johnny, un motard rebelle.

A partir de là, tout va alors très vite, et en 1954, il gagne un Oscar pour "Sur les quais". Il est alors la star incontesté de Hollywood, et tourne dans tous les registre, de la comédie musicale (Guys and Dolls), à la tragédie (Jules César), au film de guerre (Le bal des maudits) ou encore aux aventures maritimes (Les révoltés du Bounty), Brando brille. Pourtant, Brando finit par se lasser et se retire du milieu progressivement, il choisit ses films avec un soin particulier. Chaque apparition équivaut à un succès : "Apocalypse Now", "Le Parrain" (pour lequel il obtient un oscar en 1972), "Le dernier tango à Paris"...

Mais les déboires de son fils, qui investit dans la défense des indiens et mène un train de vie démesuré, l'oblige à tourner pour l'argent, et pas toujours dans des succès financiers :"Premiers pas dans la mafia", "Don Juan De Marco"... "The Brave" lui permet d'incarner McCarthy, l'ange de la Mort aux côtés de Johnny Depp, et n'es pas, selon lui, une affaire financière, mais plutôt un coup de coeur.

Marlon Brando est une légende à lui tout seul, que les producteurs s'arrachent à coups de millions de dollars - mais qui peut aussi bosser pour vos beaux yeux si ça lui prend. Un inspirateur pour beaucoup d'acteurs et de réalisateurs. Un acteur de génie qui a fait vivre une galerie de portraits impressionnants : Stanley Kowalski, Terry Malloy, Fletcher Christian, Mario Puzo... Ces personnages sont Marlon et Marlon est unique.

FILMS

  • 1951 : C'était des hommes (The men) de Fred Zinnemann
  • 1951 : Un tramway nommé Désir (A Streetcar Named Desire) d'Elia Kazan
  • 1952 : Viva Zapata! d'Elia Kazan
  • 1953 : L'Équipée sauvage (The Wild One) de Laslo Benedek
  • 1954 : Jules César de Joseph Mankiewicz
  • 1954 : Sur les quais (On The Waterfront) d'Elia Kazan
  • 1954 : Désirée de Henry Koster
  • 1955 : Blanches colombes et vilains messieurs (Guys and Dolls) de Joseph Mankiewicz
  • 1956 : La petite maison de thé (The Tea House of the August Moon) de Daniel Mann
  • 1957 : Sayonara de Joshua Logan
  • 1957 : Le Bal des maudits (The Young Lions) d'Edward Dmytryk
  • 1959 : L’Homme à la peau de serpent (The Fugitive Kind) de Sidney Lumet
  • 1961 : La Vengeance aux deux visages (One-Eyed Jacks) de Marlon Brando
  • 1961 : Les révoltés du Bounty (Mutiny On The Bounty) de Lewis Milestone
  • 1962 : Le vilain Américain (The Ugly American) de George Englund
  • 1965 : La Poursuite impitoyable (The Chase) d'Arthur Penn
  • 1965 : Morituri (Morituri) de Bernhard Wicki
  • 1965 : La Comtesse de Hong-Kong (A Countess From Hong Kong) de Charlie Chaplin
  • 1967 : Reflet dans un œil d’or (Reflections In A Golden Eye) de John Huston
  • 1968 : Candy de Christian Marquand
  • 1970 : Queimada de Gillo Pontecorvo
  • 1971 : Le Corrupteur (The Nightcomers) de Michael Winner
  • 1972 : Le Parrain (The Godfather) de Francis Ford Coppola
  • 1972 : Le Dernier Tango à Paris (Ultimo tango a Parigi) de Bernardo Bertolucci
  • 1976 : Missouri Breaks d'Arthur Penn
  • 1977 : Superman de Richard Donner
  • 1979 : Apocalypse Now de Francis Ford Coppola
  • 1981 : La Formule (The Formula) de John Avildsen
  • 1989 : Une saison blanche et sèche (A Dry White Season) d'Euzhan Palcy
  • 1990 : Premiers pas dans la mafia (The Freshman) d'Andrew Bergman
  • 1992 : Christophe Colomb : la découverte (Christopher Columbus : the Discovery) de John Glen
  • 1995 : Don Juan Demarco de Jeremy Leven
  • 1996 : L’Île du docteur Moreau (The Island of Dr. Moreau) de John Frankenheimer
  • 1998 : Free Money de Yves Simoneau
  • 1997 : The Brave de Johnny Depp
  • 2001 : The Score, Frank Oz
  • 2001 : You rock my world, Michael Jackson
  • 2006 : Superman Returns de Bryan Singer
  • 2007 : Brando de Leslie Greif

 

RECOMPENSES

 

 

INFOS

 

  • Nom de naissance : Marlon Brando Jr.
  • Date et lieu de naissance : 03-04-1924, à Ohama, Nebraska, États-Unis
  • Date et lieu du décès : 01-07-2004, à Los Angeles, Californie, États-Unis
  • Cause du décès : Embolie pulmonaire à l'âge de 80 ans
  • Le corps de Marlon Brando a été incinéré
  •  
  • Divorcé d'Anna Kashfi (11.10.1957 - 22.04.1959) 1 enfant : Christian Devi Gary (Alias Gary Broen)
    Mariage annulé avec Louise Movita Castenada (04.06.1960 - 1968) 3 enfants :
    Miko (1960), Rebecca (1961) et Simon (1963)
    Marié à Tarita Teripaia (1970 - 1986) 2 enfants, une fille Cheyenne (1970-1995) et Terripai, (1971)
  • 9 enfants : Christian Devi alias Gary Brown (1958), Miko (1960), Rebecca, (1961), Simon Tehotu (1963),
    Stefano alias Stephen Blackehart (1967),
    Cheyenne (1970-1995), Ninna Priscilla (1989), Stefano (alias Stephen Blackehart),
    et deux autres fils (1992 et 1994)

 

ANECDOTES

 

  • Fils du producteur Marlon Brando Sr. (décédé en 1965) et sa mère l'actrice, Dorothy Pennebaker.
    Né de parents alcooliques, Brando a été laissé seul une grande partie de son enfance.
    Benjamin d'une famille de trois enfants. Une soeur actrice, Jocelyn Brando (1919)
  • Studio n°120 Mars 1997. (Très rare interview)
    " Dans quasiment tous mes films, j'ai réécrit mes rôles. Parfois, je les ai même écrit entièrement. "
    " Le cinéma c'est toujours la même chose. C'est un business mais tout le monde parle des films comme d'un art. "
    " Nous les acteurs, nous sommes le fantasme du public. On répond au besoin qu'ont les gens de rêver. "
  • Tournage apocalyptique
    Le tournage d'Apocalypse now appartient à la légende du cinéma. Prévu pour durer 6 semaines, il s'est étalé sur 16 mois, entre mars 1976 et août 1977. Situés aux Philippines, les plateaux de tournage ont dû subir rien de moins qu'un ouragan, la crise cardiaque de leur interprète principal Martin Sheen - cachée à la production pour un Francis Ford Coppola terrifié à l'idée d'un arrêt du film, l'attitude de Marlon Brando qui ne connaissait pas son texte et avait à peine lu le script avant de débarquer, les problèmes de drogues divers et variés. Décrit par de nombreux témoins comme de plus en plus mégalo et paranoïaque au fur et à mesure du tournage, Francis Ford Coppola a investi une grande partie de son argent personnel dans l'aventure, menacé à plusieurs reprises de se suicider et perdu plus de 40 kilos.
  • Avec les années 90 commencent les tragédies familiales.
    Le 17 mai 1990, son fils Christian, 32 ans, abat l'ami de sa demi-soeur Cheyenne, 20 ans. Cheyenne survivra pendant cinq ans à l'homme qu'elle aime. Elle finira par se suicider par pendaison en 1995. Il sera condamné à 10 ans en mars 1991 et libéré en janvier 1996.

 

Source : Wikipedia

 

Autres biographies

 

 

 

 

 

 

Livre funéraire  l  Vidéos  l  Accueil du site  l  Page précédente

 

 

© Reproduction interdite

 

 

Nbv:165680
Nbv/j:149
Nbv en ligne:2

 

 

 

Revenir en Haut