Marlène Dietrich devrait avoir : 115 ans

Marie Magdalena Dietrich est née le 27 décembre 1901 à Berlin-Schöneberg . Elle est la fille cadette de Erich Otto Dietrich, officier prussien, et de Joséphine née Felsing. Sa sœur aînée Elisabeth est née en 1900 . Elle perd son père, en 1908, lorsqu'elle a 7 ans. A 11 ans, elle change son prénom en Marlene. Sa mère se remarie avec le Eduard von Losch, officier de cavalerie, qui adopte Elisabeth et Marlene.

Marlene cultive ses dons pour la musique et le chant mais doit abandonner le violon à la suite d'un accident au poignet. Son beau père est tué pendant la première guerre mondiale, en 1916, alors qu'elle n'a que 15 ans. De 1919 à1921 elle est interne à Weimar et poursuit ses études. En 1922 elle commence par des petits rôles au thèatre, en particulier au « Grosses Schauspielhaus ». Elle obtient également des rôles mineurs au cinéma. Son premier rôle crédité est Lucy dans "Tragédie de l'amour "(Tragödie der Liebe) de Joe May. Elle se marie avec Rudolf Sieber le 17 mai 1923.

 

Elle donne naissance à sa fille Maria Elisabeth Sieber le 13 décembre 1924. Elle se lance aussi dans la chanson. Les premiers enregistrements de la chanson " Es liegt in der Luft "datent de 1928. En 1929 elle tourne son premier rôle important dans "L'énigme". Elle est aussitôt remarquée par par Joseph Von Sternberg qui la recommande à la Paramount. Le bureau Berlinois de la Paramount l'engage en 1929.Cette société cherchait une femme séduisante pour répondre au mythe de Greta Garbo lancé par sa rivale , la Metro Goldwin Mayer. Son talent se révèle alors dans "L'Ange bleu".

Aussitôt après le succès de "l'Ange bleu", elle rejoint les USA. Son premier film américain est "Morroco" (Cœurs brûlés) de Joseph Von Sternberg . Jusqu'en 1935, date de leur séparation, elle enchaîne, en tout, sept films avec Joseph Von Sternberg. Devant la montée du nazisme dans son pays d'origine, elle obtient la nationalité américaine le 6 mars 1937. Elle tourne beaucoup, mais pas toujours dans des films de grande qualité et se trouve trop souvent cantonnée dans des rôles de femme légère ou de prostituée.

A partir de début 1942, elle participe directement à l'effort de guerre des USA. Elle entreprend, dans le cadre de la guerre, des tournées à travers les États-Unis et, plus qu’aucune autre, récolte de l’argent pour l’État américain. A partir de 1944, elle va en plus sur le théâtre des opérations: après avoir atterri, en avril 1944, en Afrique du Nord, Marlene suit la ligne de front en Europe. Elle donne environ soixante-huit représentations devant cent cinquante mille soldats. Elle réussit l'exploit de faire changer de camp à la chanson "Lili Marlen", populaire auprès des soldats allemands et qui devient la mascotte des soldats américains. En juin 1944, elle rentre aux États-Unis.

De septembre 1944 à juillet 1945, elle reprend ses tournées et se rend en Angleterre, en France et en Allemagne. Le 6 novembre 1945 sa mère meurt à Berlin. En 1947, elle reçoit la " Medail of Freedom" pour son rôle au coté de l'armée américaine. En 1951 Marlene reçoit, en France, la Légion d'Honneur. Marlène recommence une carrière de chanteuse à l'hôtel Sahara à Las Vegas en 1953. En 1960 elle fait sa tournée en Europe et en particulier à Berlin. Premières publications de son titre "ABC meines Lebens". En 1972 Marlène participe à un show télévisé à Londres "I wish you love". Rudolf Sieber, son mari, dont elle s'était éloignée sans jamais divorcer, meurt le 24 juin 1976.

En 1975 c'est sa dernière tournée. Elle se brise la jambe et restera handicapée. Elle fait sa dernière apparition d'actrice dans "Schöner Gigolo-armer Gigolo", en 1979. A partir de 1980 elle se cloître dans son appartement parisien, 12 avenue Montaigne, ne souhaitant pas donner d'elle une image dépréciée. En 1982 Maximilien Shell crée un film biographique : "Marlene". Le 6 mai 1992 c'est la mort de Marlène à Paris. Après des funérailles à l'Eglise de la Madeleine à Paris, elle est inhumée à Berlin-Friedenau, le 16 mai, auprès de sa mère.

En 1993, ses effets personnels sont remis au Land de Berlin et au « Filmmuseum Berlin-deutsche Kinematek » . Ils comprenaient plus de 300 000 pièces! Il faut attendre 2002 pour que la ville de Berlin, dont elle s'était éloignée depuis si longtemps, lui "pardonne" cette trahison et la nomme "Citoyenne d'honneur" de la ville. Le 12 juin 2003 une place à son nom est inaugurée à Paris, dans le 16ème, non loin de son ancien domicile. On peut voir également une Marlene-Dietrich-Platz, à Berlin, dans le nouveau quartier de la Potsdamer Platz, à proximité du Musée du Film.

FILMS

  • 1919 : Im Schatten des Glücks de Jacob Fleck et Luise Fleck
  • 1923 : Le petit Napoléon (Der kleine Napoleon) de Georg Jacoby
  • 1923 : L'Homme du bord de la route (Der Mensch am Wege) de William Dieterle
  • 1923 : La Tragédie de l'amour (Tragödie der Liebe) de Joe May
  • 1924 : Der Mönch von Santarem de Lothar Mendes
  • 1924 : Le Saut dans la vie (Der Sprung ins Leben) de Johannes Guter
  • 1925 : Der Tänzer meiner Frau d'Alexander Korda
  • 1925 : La Rue sans joie (Die Freudlose Gasse) de G.W.Pabst
  • 1926 : Manon Lescaut de Arthur Robison
  • 1926 : Madame ne veut pas d'enfants (Madame wünscht keine Kinder) de Alexander Korda
  • 1927 : Une Dubarry moderne (Eine Dubarry von heute) de Alexander Korda
  • 1927 : Le Baron imaginaire (Der Juxbaron) de Willi Wolff
  • 1927 : Tête haute, Charly! (Kopf hoch, Charly!) de Willi Wolff
  • 1927 : Son plus grand bluff (Sein größter Bluff) de Henrik Galeen et Harry Piel
  • 1927 : Café Electric (Café Elektric) de Gustav Ucicky
  • 1928 : Princesse Olala (Prinzessin Olala) de Robert Land
  • 1929 : Dangereuses fiançailles (Gefahren der Brautzeit) de Fred Sauer
  • 1929 : Je baise votre main, Madame (Ich küsse Ihre Hand, Madame) de Robert Land
  • 1929 : L'Énigme (Die Frau, nach der man sich sehnt,) de Curtis Bernhardt
  • 1929 : Le Navire des hommes perdus (Das, Schiff der verlorenen Menschen) de Maurice Tourneur
  • 1929 : L'Ange bleu (Der Blaue Engel) de Josef von Sternberg
  • 1930 : Cœurs brûlés (Morocco) de Josef von Sternberg avec Gary Cooper
  • 1931 : Agent X 27 (Dishonored) de Josef von Sternberg
  • 1932 : Shanghai Express de Josef von Sternberg
  • 1932 : Blonde Vénus de Josef von Sternberg avec Cary Grant
  • 1933 : Le Cantique des cantiques (Song of songs) de Rouben Mamoulian
  • 1934 : L'Impératrice rouge (The Scarlet Empress) de Josef von Sternberg
  • 1935 : La Femme et le Pantin (The Devil is a Woman) de Josef von Sternberg
  • 1936 : I Loved a Soldier de Henry Hathaway
  • 1936 : Désir (Desire) d'Ernst Lubitsch et Frank Borzage avec Gary Cooper
  • 1936 : Le Jardin d'Allah (The Garden of Allah) de Richard Boleslawski avec Charles Boyer
  • 1937 : Le Chevalier sans armure (Knight without armour) de Jacques Feyder
  • 1937 : Ange (Angel) d'Ernst Lubitsch
  • 1939 : Femme ou démon (Destry rides again) de George Marshall avec James Stewart
  • 1940 : La Maison des sept péchés (Seven Sinners) de Tay Garnett avec John Wayne
  • 1941 : La Belle ensorceleuse (The Flame of New Orleans) de René Clair
  • 1941 : L'Entraîneuse fatale (Manpower) de Raoul Walsh
  • 1942 : Madame veut un bébé (The Lady is willing) de Mitchell Leisen
  • 1942 : Les Écumeurs (The Spoilers) de Ray Enright avec John Wayne
  • 1942 : La Fièvre de l'or noir (Pittsburgh) de Lewis Seiler avec John Wayne
  • 1944 : Kismet de William Dieterle
  • 1944 : Hollywood parade (Follow the boys) de A. Edward Sutherland
  • 1946 : Martin Roumagnac de Georges Lacombe avec Jean Gabin
  • 1947 : Les Anneaux d'or (Golden Earrings) de Mitchell Leisen avec Ray Milland
  • 1948 : La Scandaleuse de Berlin (A Foreign Affair) de Billy Wilder avec Jean Arthur
  • 1949 : L'Ange de la haine (Jigsaw) de Fletcher Markle (apparition)
  • 1950 : Le Grand Alibi (Stage Fright) d'Alfred Hitchcock avec Jane Wyman
  • 1951 : Le Voyage fantastique (No highway in the sky) d'Henry Koster avec James Stewart
  • 1952 : L'Ange des maudits (Rancho Notorious) de Fritz Lang avec Mel Ferrer
  • 1956 : Le Tour du monde en 80 jours de Michael Anderson avec David Niven, Charles Boyer, etc.
  • 1957 : Une histoire de Monte Carlo (The Monte Carlo Story) de Samuel A. Taylor avec Vittorio de Sica
  • 1957 : Témoin à charge (Witness for the Prosecution) de Billy Wilder avec Charles Laughton et Tyrone Power
  • 1958 : La Soif du mal (Touch of Evil) d'Orson Welles avec Charlton Heston et Janet Leigh
  • 1961 : Jugement à Nuremberg (Nuremberg) de Stanley Kramer avec Spencer Tracy et Burt Lancaster
  • 1964 : Deux Têtes folles (Paris when it sizzles) de Richard Quine (apparition) avec Audrey Hepburn et William Holden
  • 1978 : C'est mon gigolo (Schöner Gigolo, armer Gigolo) de David Hemmings avec David Bowie

 

RECOMPENSES

 

  • 1980 - Prix honorifique pour sa carrière au cinéma Allemand, Allemagne

 

INFOS

 

  • Nom de naissance : Maria Magdelana Dietrich
  • Date et lieu de naissance : 27-12-1901, à Berlin, Allemagne
  • Date et lieu du décès : 06-05-1992, à Paris, France
  • Cause du décès : Crise cardiaque à 90 ans
  • Marlène Dietrich est inhumée à Berlin-Friedenau, auprès de sa mère
  •  
  • Fille de : Louis Erich Otto Dietrich et d'Elisabeth Josephine Felsing
  • Veuve de Rudolf Sieber (17.05.1924 - 24.06.1976) 1 fille : Maria Élizabeth Sieber où Maria Riva (13.12.1924)
  • Liaison avec le réalisateur Joseph von Sternberg.
    Liaison avec l'acteur Jean Gabin (1941 - 1947)

 

 

ANECDOTES

 

  • Elle fut nommée par l'American Film Institute neuvième meilleure actrice de légende du cinéma.
  • En France, le poête Jean Cocteau lui dit « Votre nom commence par une caresse et finit par un coup de cravache ».
  • Le 2 janvier 1990, elle reçoit la Légion d'honneur et la même année, le groupe de rock Noir Désir a composé une chanson, "Marlène", en son honneur.
  • Il existe une place Marlène Dietrich dans le 16e arrondissement de Paris.
  • Son portrait apparaît sur la pochette de l'album des Beatles, Sgt Peppers Lonely Hearts Club Band.
  • Elle jouait de la scie musicale.
  • Les effets de lumière utilisés par Von Sternberg donnèrent l'illusion de joues creusées, ce qui véhicula
  • longtemps la rumeur qu'elle s'était fait arracher des molaires à cet effet...
  • Elle a dit : « La relation entre le maquilleur et l'acteur s'apparente à celle des complices d'un crime. »
  • Elle fut un des témoins de mariage d'Édith Piaf avec Jacques Pills. Elle choisit même la robe de la mariée mais ne suivit pas la chanteuse dans son penchant pour la drogue.
  • Marlène Diétrich était bisexuelle et ne s'en cachait pas.

 

Source : Wikipedia

 

Autres biographies

 

 

 

 

 

 

Livre funéraire  l  Vidéos  l  Accueil du site  l  Page précédente

 

 

© Reproduction interdite

 

 

Nbv:184785
Nbv/j:21
Nbv en ligne:3

 

 

 

Revenir en Haut