Gary Cooper devrait avoir : 116 ans

L’un des plus prestigieux acteurs américain, Gary Cooper, est né au tout début du XXè siècle, à Helena dans le ranch du Montana que dirige son père, Charles Henry Cooper qui remplit un temps la fonction de juge à la Cour Suprême, et étudie dans une école prestigieuse en Angleterre où il fait montre d’un réel talent de dessinateur.

Ces deux extrêmes dans son éducation peuvent expliquer comment, une fois adulte, il peut combiner la rugosité du cow-boy avec l’équilibre d’un gentleman cultivé. Blessé dans un accident de voiture alors qu’il étudie à l’université de Wesleyan, il reste en convalescence au ranch familial, perfectionnant son niveau d’équitation qu’isaura utiliser à maintes reprise dans sa future carrière d’acteur, notamment dans les Western, son genre de prédilection

 

Après la tentative de vivre de son talent et de faire carrière dans la caricature politique, deux amis de Gary l’encourage à chercher un emploi au cinéma. C’est ainsi qu’il débute comme figurant et cascadeur, étant alors payer 10 $ par jour, non pas pour monter à cheval mais pour en tomber. L’agent Nan Collins devine le potentiel du beau et dégingandé Gary, et, en 1926, elle lui permet d’obtenir un rôle important dans Barbara, fille du désert (The Winning of Barbara Worth) d’Henry King. L’actrice Clara Bow s’intéresse à lui, et le réclame pour jouer avec elle dans ses films. Mais Gary est alors sous contrat avec la Paramount grâce à son agent Nan Collins qui lui obtient 150 $ par semaine et qui lui fait changer de nom, celui de Frank Cooper étant déjà celui d’un acteur. Dès lors, Gary s’applique à son travail dans une brève série de Westerns muet pour son studio, et en 1929, son travail porte ses fruits puisque la qualité de ses interprétations ainsi que sa popularité se sont largement améliorées, ce qui a pour conséquence, en Juin 1933, la réévaluation de son contrat à 6000 $ par semaine. Le premier film parlant de Gary à remporter un grand succès est Le Virginien (The Virginia ), réalisé par Victor Fleming en 1929, dans lequel il développe son interprétation taciturne et laconique des dialogues devenue sa marque de fabrique que s’approprient chaque imitateur à la radio, dans les nightclubs ou à la télévision.

Gary Cooper alterne ensuite entre des rôles de gentleman dans la comédie Sérénade à trois (Design for living) réalisé par Ernst Lubitsch, et les rôles d’aventurier dans Les Trois lanciers du Bengale (The Lives of a Bengal lancer) d’Henry Hathaway, pour la majeure partie des années 30. En 1941, il est récompensé d’un Oscar pour le rôle-titre de Sergent York (Sergeant York) du grand Howard Hawks, un rôle pour lequel il est personnellement choisi par le vrai héros de la Première Guerre Mondiale, Alvin York. Un an après, Gary remporte un énorme succès dans une autre biographie adaptée au cinéma, fierté des Yankees, en interprétant le rôle du grand joueur de base-ball Lou Gehrig. L’acteur s’avère des plus convainquant malgré le fait qu’il n’a jamais joué au base-ball et n’est pas gaucher comme Gehrig, et son interprétation ne laisse pas de glace l’assistance qui pleure à chaudes larmes avec son discours à la fin du film en fondu « l’homme le plus chanceux de la terre ».

Le 15 Décembre 1933, Gary épouse à New York la femme du monde Veronica ‘Rocky’ Balfe, qui, à l’instar de Sandra Shaw, a également embrassé une brève carrière d’actrice, et dont il aura son seul enfant, sa fille Maria Veronica née le 15 Septembre 1937. Trop vieux pour participer à la Deuxième Guerre Mondiale, l’acteur le mieux payé aux USA en 1939 selon l’administration des Finances, donne inlassablement de son temps dans des tournées risquées dans le Pacifiques Sud pour remonter le moral des troupes. En 1945, Gary produit son seul film en tant que producteur, Le Grand Bill (Along came Jones) réalisé par Stuart Heisler.

Malgré la participation indirecte de l’acteur à la chasse aux sorcières anti-communiste des années 40, Gary reste en haute estime auprès du public en tant qu’acteur comme en tant qu’homme. Consigné la plupart du temps à des Westerns pendant les années 1950, y compris le classique Le Train sifflera 3 fois (High noon) réalisé par Fred Zinnemann en 1952 qui lui permet d’obtenir son deuxième et dernier Oscar, Gary maintient sa renommée au Box-office. D’ailleurs, sur Le Train sifflera 3 fois (High Noon) (1952) Gary prend un pourcentage sur les bénéfices plutôt qu’un cachet afin de permettre au réalisateur de produire le film. Gagnant au change, il initie ainsi la pratique de ce type d’intéressement. Au total, Gary comptabilise pas moins de 6 nominations aux Oscars, pour les rôles qu’il tient dans L’Extravagant Mr. Deeds (Mr. Deeds goes to town) et L’Homme de la rue (Meet John Doe), tournés respectivement en 1936 et 1941 par Frank Capra, et Vainqueur du destin (The Pride of the Yankees) et Pour qui sonne le glas (For whom the bell tolls) tournés respectivement en 1942 et 1943 par Sam Wood.

En privé cependant, le Saturday Evening Post publie en 1956 ses mémoires intitulées « Well, i twas this way ». Trois ans plus tard, Gary se convertit au catholicisme, religion de sa femme et de sa fille. Mais de douloureuses maladies commencent à lui empoisonner la vie, et l’une d’elles se développe en cancer du poumon décelé par les médecins dès 1960. Il doit alors abandonner l’idée de jouer dans Horizons sans frontière (The Sundowners), son rôle sera finalement tenu par Robert Mitchum. Les médecins lui cachent un temps l’importance de sa maladie, le temps pour lui de tourner en Angleterre ce qui sera son dernier film, La Lame nue (The Naked edge) de Michael Anderson Sr. Découvrant enfin en Février 1961 l’ampleur de sa maladie, Gary décide de garder le secret, mais les signes de son état sont alors divulgués accidentellement par son grand ami Jimmy Stewart pendant la cérémonie de l’Academy Awards de la même année où il était venu prendre au nom de Gary, un Oscar pour l’ensemble de sa carrière. Gary passe quelques semaines à Sun Valley et reçoit du monde entier des lettres de réconfort, notamment du Président John Kennedy et de la reine Elizabeth d’Angleterre. Un mois après la divulgation de son secret, 6 jours après son soixantième anniversaire et moins de deux mois après sa dernière apparition publique, narrateur d’un documentaire télévisé sur le « vrai ouest », Gary décède à Hollywood des suites de sa maladie. Les fans encore sous le choc de la mort de Clark Gable six mois plus tôt, l’Âge d’Or d’Hollywood semblait bel et bien révolu.

FILMS

  • 1925 : Ben-Hur: A Tale of the Christ de Fred Niblo
  • 1926 : Lightnin' wins de Alan James (court-métrage)
  • 1926 : Barbara,fille du désert(The winning of Barbara Worth) d'Henry King avec Ronald Colman
  • 1927 : Le Coup de foudre (It) de Clarence G. Badger avec Clara Bow
  • 1927 : Le Démon de l'Arizona (Arizona Bound) de John Waters
  • 1927 : Les Enfants du divorce (Children of Divorce) de Frank Lloyd
  • 1927 : Au Service de la loi (The Last Outlaw) de Arthur Rosson
  • 1927 : Les Ailes (Wings) de William A. Wellman avec Clara Bow
  • 1927 : Nevada de John Waters avec William Powell
  • 1928 : Mariage à l'essai (Half a Bride) de Gregory La Cava
  • 1928 : Le Spahi (Beau sabreur) de John Waters
  • 1928 : Rien que l'amour (Doomsday) de Rowland V. Lee
  • 1928 : Les Pilotes de la mort (The Legion of the Condemned) de William A. Wellman avec Fay Wray
  • 1928 : La belle aux cheveux roux (Red hair) de Clarence G. Badger avec Clara Bow
  • 1928 : Ciel de gloire (Lilac Time) de George Fitzmaurice de Colleen Moore
  • 1928 : The first kiss de Rowland V. Lee avec Fay Wray
  • 1928 : Le Rêve immolé (The shopworn angel) de Richard Wallace
  • 1929 : Le Chant du loup (The Wolf Song) de Victor Fleming avec Lupe Velez
  • 1929 : Mensonges (Betrayal) de Lewis Milestone avec Emil Jannings
  • 1930 : The Virginian de Victor Fleming avec Walter Huston
  • 1930 : Seven Days' Leave de Richard Wallace
  • 1930 : Only the Brave de Frank Tuttle
  • 1930 : Paramount on Parade, film à sketches, réalisé entre autres par Ernst Lubitsch, Edmund Goulding, Frank Tuttle etc...
  • 1930 : The Texan de John Cromwell avec Fay Wray
  • 1930 : A Man from Wyoming de Rowland V. Lee
  • 1930 : Les Écumeurs The Spoilers d'Edward Carewe
  • 1930 : Cœurs brûlés (Morocco) de Josef von Sternberg avec Marlene Dietrich et Adolphe Menjou
  • 1931 : L'Attaque de la caravane (Fighting Caravans) de Otto Brower et David Burton avec Lili Damita
  • 1931 : Les Bijoux volés (The Slippery Pearls) de William C. McGann (court-métrage)
  • 1931 : Les Carrefours de la ville (City Streets) de Rouben Mamoulian avec Sylvia Sidney
  • 1931 : I Take This Woman de Marion Gering avec Carole Lombard
  • 1931 : Sa femme (His Woman) de Edward Sloman avec Claudette Colbert
  • 1932 : Le Démon du sous-marin (Devil and the deep) de Marion Gering avec Charles Laughton et Cary Grant
  • 1932 : Si j'avais un million (If I Had a Million), film à sketches, réalisé entre autres par Ernst Lubitsch et Norman Z. McLeod avec Charles Laughton et W. C. Fields
  • 1932 : L'Adieu aux armes (A Farewell to Arms) de Frank Borzage avec Helen Hayes et Adolphe Menjou
  • 1933 : Après nous le déluge (Today We Live) de Howard Hawks avec Joan Crawford, Robert Young et Franchot Tone
  • 1933 : One sunday afternoon de Stephen Roberts avec Fay Wray
  • 1933 : Alice au pays des merveilles (Alice in Wonderland) de Norman Z. McLeod
  • 1933 : Sérénade à trois (Design for Living) d'Ernst Lubitsch avec Fredric March et Miriam Hopkins
  • 1934 : Agent 13 (Operator 13) de Richard Boleslawski avec Marion Davies
  • 1934 : C'est pour toujours (Now and Forever) d'Henry Hathaway avec Carole Lombard et Shirley Temple
  • 1935 : Les Trois lanciers du Bengale (The Lives of a Bengal Lancer) de Henry Hathaway avec Franchot Tone
  • 1935 : La Nuit de noces (The Wedding Night) de King Vidor
  • 1935 : Peter Ibbetson de Henry Hathaway
  • 1935 : La Fiesta de Santa Barbara de Louis Lewyn (court métrage)
  • 1936 : Désir (Desire) de Frank Borzage avec Marlene Dietrich
  • 1936 : L'Extravagant Mr. Deeds (Mr. Deeds Goes To Town) de Frank Capra avec Jean Arthur
  • 1936 : Le général est mort à l'aube (The General Died at Dawn) de Lewis Milestone avec Madeleine Carroll
  • 1936 : Une aventure de Buffalo Bill (The Plainsman) de Cecil B. DeMille avec Jean Arthur
  • 1937 : Âmes à la mer (Souls At Sea) de Henry Hathaway avec George Raft
  • 1938 : La Huitième Femme de Barbe-Bleue (Blue Beard's Eighth Wife) d'Ernst Lubitsch avec Claudette Colbert
  • 1938 : Les Aventures de Marco Polo (The Adventures of Marco Polo) avec Basil Rathbone
  • 1938 : Madame et son cow-boy (The Cow-boy and the Lady) de H.C. Potter avec Merle Oberon
  • 1939 : Beau Geste de William A. Wellman avec Ray Milland, Susan Hayward et Brian Donlevy
  • 1939 : La Glorieuse Aventure (The Real Glory) de Henry Hathaway avec David Niven
  • 1940 : Le Cavalier du désert (The Westerner) de William Wyler avec Walter Brennan
  • 1940 : Les Tuniques écarlates (North West Mounted Police) de Cecil B. DeMille avec Madeleine Carroll et Paulette Goddard
  • 1941 : L'Homme de la rue (Meet John Doe) de Frank Capra avec Barbara Stanwyck
  • 1941 : Sergent York (Sergeant York) de Howard Hawks
  • 1941 : Boule de feu (Ball of Fire) de Howard Hawks avec Barbara Stanwyck et Dana Andrews
  • 1942 : Vainqueur du destin (The Pride of the Yankees) de Sam Wood avec Teresa Wright
  • 1943 : Pour qui sonne le glas (For Whom The Bell Tolls) de Sam Wood avec Ingrid Bergman
  • 1944 : L'Odyssée du docteur Wassell (The Story of Dr. Wassell) de Cecil B. DeMille
  • 1944 : Casanova le petit (Casanova Brown) de Sam Wood avec Teresa Wright
  • 1945 : Le Grand Bill (Along Came Jones) de Stuart Heisler avec Loretta Young
  • 1945 : L'Intrigante de Saratoga (Saratoga Trunk) de Sam Wood avec Ingrid Bergman
  • 1946 : Cape et Poignard (Cloak and Dagger) de Fritz Lang avec Lilli Palmer
  • 1947 : Les Conquérants d'un nouveau monde (Unconquered) de Cecil B. DeMille avec Paulette Goddard et Boris Karloff
  • 1948 : Ce bon vieux Sam (Good Sam) de Leo McCarey
  • 1949 : Le Rebelle (The Fountainhead) de King Vidor avec Patricia Neal
  • 1949 : Horizons en flammes (Task Force) de Delmer Daves
  • 1950 : Le Roi du tabac (Bright Leaf) de Michael Curtiz avec Lauren Bacall et Patricia Neal
  • 1950 : Dallas, ville frontière (Dallas) de Stuart Heisler avec Ruth Roman
  • 1951 : La marine est dans le lac (You're in the Navy now) d'Henry Hathaway avec Jane Greer
  • 1951 : It's a Big Country de William A. Wellman entre autres
  • 1951 : Les aventures du capitaine Wyatt (Distant Drums) de Raoul Walsh
  • 1952 : Le train sifflera trois fois (High Noon) de Fred Zinnemann avec Grace Kelly , Lloyd Bridges et Katy Jurado
  • 1952 : La Mission du commandant Lex (Springfield Rifle) d'André De Toth
  • 1953 : Retour au Paradis (Return to Paradise) de Mark Robson
  • 1953 : Le Souffle sauvage (Blowing Wild) de Hugo Fregonese avec Barbara Stanwyck et Anthony Quinn
  • 1954 : Le Jardin du diable (Garden of Evil) de Henry Hathaway avec Susan Hayward et Richard Widmark
  • 1954 : Vera Cruz de Robert Aldrich avec Burt Lancaster et Sara Montiel
  • 1955 : Condamné au silence (The Court Martial of Billy Mitchell) d'Otto Preminger
  • 1956 : La Loi du Seigneur (Friendly Persuasion) de William Wyler avec Dorothy McGuire et Anthony Perkins
  • 1957 : Ariane (Love in the Afternoon) de Billy Wilder avec Audrey Hepburn et Maurice Chevalier
  • 1958 : 10, rue Frederick(Ten North Frederick) de Philip Dunne avec Suzy Parker
  • 1958 : L'Homme de l'Ouest (Man of the West) d'Anthony Mann avec Lee J. Cobb et Julie London
  • 1959 : La Colline des potences (The Hanging Tree) de Delmer Daves avec Maria Schell, Karl Malden et George C. Scott
  • 1959 : Ne tirez pas sur le bandit (Alias Jesse James) de Norman Z. McLeod (non crédité)
  • 1959 : Ceux de Cordura (They Came To Cordura) de Robert Rossen avec Rita Hayworth, Van Heflin et Tab Hunter
  • 1959 : Cargaison dangereuse (The Wreck of the Mary Deare) de Michael Anderson avec Charlton Heston
  • 1961 : La Lame nue (The Nacked edge) de Michael Anderson avec Deborah Kerr

 

RECOMPENSES

 

  • 1941 : oscar du meilleur acteur pour le rôle de Alvin C. York dans Sergent York (Sergeant York) de Howard Hawks
  • 1952 : oscar du meilleur acteur pour le rôle de Will Kane dans Le Train sifflera trois fois (High Noon) de Fred Zinnemann
  • 1961 : oscar d'honneur pour l'ensemble de sa carrière

 

INFOS

 

  •  
  • Nom de naissance : Frank James Cooper
  • Date et lieu de naissance : 07-05-1901, à Helena, Montana, États-Unis
  • Date et lieu du décès : 13-05-1961, à Holmby Hills, Californie, États-Unis
  • Cause du décès : Cancer de la prostate à l'âge de 60 ans
  • Inhumé au cimetière du Sacré-Coeur, Southampton, Long Island, New York, États-Unis 
  •  
  • Son étoile se trouve au Walk of Fame au 6245 sur Hollywood Boulevard.

 

ANECDOTES

 

  • Fils de Charles Henry Cooper et de Alice H., 1 frère ainée, Arthur.
  • En 1935 il devient figurant et cascadeur dans des westerns de série B pour 10 dollars par jour. Nan Collins devient son agent et elle lui trouve son nom définitif Gary Cooper (il existe déjà un acteur du nom de Franck Cooper). Elle obtient de la Paramount un contrat en 1926 à 150 dollars par semaine.
  • 14 décembre 1944 le suicide de Lupe Velez, qui était enceinte d'un enfant dont la rumeur lui attribue la paternité.
  • Quand il a 13 ans, un malheureux accident de voiture l'oblige à prendre du repos. Il part rejoindre son père qui possède un ranch de bétail au Montana. C'est là qu'il apprend à monter à cheval ; il y rencontre également une voisine de 10 ans destinée à devenir célèbre : Myrna Loy.
  • En 1939, l'administration des Finances révéla que Gary Cooper était l'acteur le mieux payé aux États-Unis avec un revenu annuel de près de 500.000 dollars !!!
  • En 1940, il fait la connaissance d'Ernest Hemingway ; les deux hommes entament une amitié qui durera jusqu'à la mort.
    Voici comment Hemingway décrit Gary Cooper à son éditeur Maxwell Perkins : " Coop est un homme bien ; aussi honnête, droit, aimable et intègre qu'il le paraît. Si on inventait un personnage comme Coop, personne n'y croirait. Il est juste trop bien pour être vrai ".
  • Pour permettre à Stanley Kramer de produire "Le Train Sifflera Trois Fois", Gary accepte de réduire son cachet en échange d'une participation aux bénéfices. Il gagna évidemment au change et d'autres comédiens se mirent dès lors à choisir cette forme d'intéressement qui a toujours cours.
  • Il refuse les premiers rôles d'Alfred Hitchcock qui lui propose "Correspondant 17 (1940) et Cinquième colonne (1942)" et aussi le premier rôle dans le film "autant en emporte le vent".
    Plus tard il admettra que ce fut une erreur
  • Clark Gable a suivi Cooper dans la tombe six mois après la mort de ce dernier. Ces deux décès marquent la fin de l’inimitable « âge d’or » du cinéma hollywoodien.

 

Source : Wikipedia

 

Autres biographies

 

 

 

 

 

 

Livre funéraire  l  Vidéos  l  Accueil du site  l  Page précédente 

 

 

© Reproduction interdite

 

 

Nbv:165680
Nbv/j:149
Nbv en ligne:2

 

 

 

Revenir en Haut